Grossesse

Prise de sang enceinte : le test de grossesse

Pour confirmer une grossesse, il existe différents médians : le test de grossesse urinaire qui peut être acheté dans les pharmacies et les parapharmacies et le test de grossesse sanguin et urinaires qui doivent être exécuté en laboratoires. Si l’examen clinique évoque un doute sur la grossesse, le médecin pourra recourir à la prescription d’un dosage sérique de l’HCG. Ce test s’avère être plus fiable. L’HCG est une hormone de grossesse qui est sécrétée par l’œuf dès qu’il se fixe dans la paroi de l’utérus. De ce fait, le moyen le plus fiable qui permet de confirmer une grossesse reste de ce fait le test sanguin.

Généralités et rôles de l’hormone HCG

Aux environs du neuvième jour de la grossesse, au début du développement de l’embryon, l’ HCG ou Hormone Gonadotrophique Chorionique (béta-HCG) commence à être émise chez la femme enceinte. Ces hormones sont à l’origine du placenta dès la conception. Cette hormone est répandue lors de la nidation, quand l’embryon se fixe dans la paroi de l’utérus.

Quel est le rôle de l’hormone HCG ?

Le rôle principal de l’HCG reste le maintien du corps jaune, une petite formation à l’intérieur de l’ovule qui est chargée de sécréter la progestérone utile à la nidation. De ce fait, l’hormone HCG est incontournable dans la grossesse et c’est sa présence dans l’utérus qui est recherchée lors d’un test de grossesse en question. Le taux de cette hormone progresse systématiquement durant les huit premières semaines de grossesse avant d’atteindre son taux maximum entre la 7ème et la 12ème semaine. Arrivé à cette maturité, ce taux diminue petit à petit jusqu’aux termes de la grossesse.

Que révèle le taux d’hormone dans le test sanguin durant les premiers instants de grossesse ?

 

Selon la femme, le taux de sécrétion d’HCG reste variable mais elle relativement accrue avec des jumeaux. De ce fait, en cas de grossesse gémellaire ou multiple, le taux de bêta-HCG reste plus élevé. Toutefois, puisqu’un taux d’HCG élevé peut être également causée par d’autres facteurs (âge, mauvaise date présumée…), seule l’échographie permettra de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse d’une grossesse multiple. Sinon, un taux de bêta-HCG haut peut aussi montrer une anomalie du fœtus, et notamment une trisomie 21.

 

Que faire en cas de croissance anormale du taux d’HCG ?

Aussi, si le taux élevé d’HCG ne se traduit pas par des jumeaux ou triplés à l’échographie, d’autres examens seront effectués afin d’évaluer le risque de trisomie 21. La future maman sera alors emmenée à effectuer des tests de dosage de l’alpha-fœtoprotéine plasmatique, des examens de dosage de l’Estoril libre, mesure de la clarté nucale, etc.

Ce test sanguin permet également de déceler et de surveiller une grossesse anormale débutante comme une grossesse extra utérine ou encore une fausse couche. Dans ces deux derniers cas, le taux d’hormone HCG se développe moins rapidement que la normale. L’analyse approfondie du taux de développement de cette hormone de grossesse permet également de déterminer la date de la conception du bébé.

Le dosage sanguin de l’ HCG au laboratoire

Sur prescription d’un médecin, le test sanguin pour la détection de la présence de l’hormone HCG est généralement remboursé par la Sécurité sociale. L’examen peut toutefois se faire sans ordonnance et vous devez vous présenter directement au laboratoire. Dans ce cas, vous pourrez voir avec votre biologiste si la réalisation du test a un intérêt dans les conditions et au moment demandé. Par contre, ce test ne sera pas remboursé par la caisse d’assurance maladie.

Cet examen peut se faire dès les premiers jours du retard des règles. Sinon, il faut noter que la prise de sang pour un dosage d’HCG reste une analyse sanguine qui peut se faire à tout moment de la journée, sans besoin de jeûner. Elle s’avère être plus fiable pour détecter plus précocement une grossesse. En effet, elle est détectable dès 9 jours après l’ovulation. Le test de dosage sanguin du taux de l’HCG permet ainsi de mesurer la quantité d’HCG présente dans le sang maternel afin d’esquisser la date de début de la grossesse. Une fois le dosage du taux d’hormone gonadotrophine chorionique (béta-HCG) effectué, celui-ci permet de dater la période de fécondation, et donc de donner une indication sur la DPA ou date prévue de l’accouchement, qui sera en outre confirmée ou peaufinée par d’autres examens médicaux pratiqués par le gynécologue durant toute la période de grossesse.

Comment connaître le bon déroulement de sa grossesse via le bêta-HCG ?

Pour le calcul, notez que le taux plasmatique de l’HCG se multiplie au double de son volume tous les 2 jours pour atteindre 250 000 UI/L à la fin du premier trimestre. Si le taux de bêta-HCG ne double pas tous les deux à trois jours suivant le test, cela peut indiquer que l’embryon n’est pas convenablement implanté dans l’utérus de la femme, et donc qu’il y a un risque fort de fausse couche. Un taux d’HCG qui n’évolue pas naturellement peut aussi être un dénonciateur d’une grossesse extra-utérine, c’est-à-dire une grossesse qui ne se développe pas dans l’utérus, et qui n’est donc pas viable, ni pour la mère ni pour le fœtus. Ces deux possibilités de cas seront certifiées par une chute violente ou progressive du taux d’HCG, signe que l’embryon est en train de se détacher ou de mourir.

Notons tout de même que le taux d’HCG ne certifie pas totalement que la grossesse se passe bien. Pour cerner la normalité du déroulement de la grossesse, il faut effectuer une échographie. En effet, il arrive parfois que la femme enceinte ait un taux d’HCG qui évolue décemment, alors qu’en réalité il s’agit d’une grossesse molaire, d’une grossesse sans embryon (œuf clair), ou d’une grossesse arrêtée (mort de l’embryon).

Comment lire les résultats d’un test sanguin de grossesse

La lecture des résultats d’un test sanguin se fait généralement en présence d’un médecin ou d’un laborantin. Un test négatif stipule l’absence de l’hormone HCG dans le sang. Le taux doit être alors inférieur à 3 UI/L à plus de 10 jours de l’ovulation. Le test est alors positif si le taux d’HCG est supérieur à 3 UI/L. Avec un taux d’HCG situé entre 3 et 10 UI/L, la confirmation du diagnostic de grossesse nécessite un contre-examen après quelques jours car ce résultat reste réfutable.